Entre la banlieue et la salle Pleyel

Publié le par Fabrice Guillet

Attention, je risque d'être positif. Je suis obligé de prévenir les âmes sensibles, il risque de ne pas y avoir de critique ou d'attaque dans ces lignes. Je m'en excuse par avance. Je me rattraperai la prochaine fois (en fait, je sais déjà quelle sera cette prochaine fois et c'est pas moi qui aurais rédigé le texte qui est encore en brouillon, alors bon…).

Ca doit être l'été.

Je vais faire un parallèle, ou plutôt poursuivre ce que j'ai lu sur le Média Citoyen de Colombes concernant le projet Demos (Dispositif d'Education Musicale et Orchestrale à vocation Sociale). Ce projet, mis en place par l'APSV (non, pas les ASVP qui font traverser les enfants devant les écoles, vous êtes dyslexiques ou quoi ?), l'Association de Prévention du Site de la Villette. Donc, en gros, la Cité de la Musique de la Villette. L'idée, c'est de faire travailler des enfants de quartiers (j'utilise cette expression qui m'énerve, comme si le terme "quartier" ne pouvait plus être utilisé que pour indiquer des quartiers socialement peu favorisés). Ces enfants apprennent en groupe un instrument, ou plus précisément apprennent à jouer quelques morceaux, et finissent l'année tous ensemble par un concert dans la prestigieuse salle Pleyel.

Comme je vois que mes explications ne sont pas terribles, je vais être plus concret. A Colombes, deux groupes ont été mis en place. L'un, avec le CSC des Fossés-Jean, joue du violon et du violoncelle. L'autre, au Petit Colombes, le hautbois et la flûte traversière. Pendant l'année, chaque groupe travaille dans son coin, deux heures par semaine, avec un professeur du conservatoire. A partir d'avril ou mai, ils ont des répétitions avec l'ensemble de l'orchestre.

Avant cela, la plupart des enfants n'ont pas touché un instrument de leur vie. La musique classique, c'est un truc qu'ils ont dû entendre dans des pubs (comme moi, quoi !). Le solfège, c'est l'équivalent du grec ancien (ils n'en font pas, d'ailleurs, dans leur apprentissage pratique)

Et ce week-end (demain et samedi soir), ils seront 150 à jouer ensemble salle Pleyel.

Vous ne vous rendez toujours pas compte ? Alors je suis obligé de passer à la vidéo. Ils jouaient alors la musique de Pirate des Caraïbes (mais ont aussi interprété un air de Carmen et de la 1ère symphonie de Mahler.

 


 

 

Et franchement, je dois avouer que je suis un peu vexé que vous n'ayez pas reconnu mes filles…

Le principe du projet, c'est de se faire sur une période de 3 ans dans chaque ville. A Colombes (ou plus précisément aux Fossés Jean), c'est la troisième année qui se termine. J'espère qu'il y aura des suites et que d'autres enfants (voire les mêmes) pourront avoir cette chance.

Publié dans Vie locale

Commenter cet article