Apprentissage de la démocratie

Publié le par Fabrice Guillet

Hier soir, j'ai assisté à une belle séance d'apprentissage à l'écoute, l'échange… Non, je ne parle pas de la rencontre avec les profs du collège de ma fille, mais plutôt de la réunion inter-conseils de quartier. Comme je l'écrivais il y a quelques jours, le sujet était la rue Gabriel Péri. Du moins, c'était ce que je croyais… En vérité, c'était plutôt une parcelle d'environ douze mètres carrés sur cette rue. Le conseil général, qui gère cette voie, avait délégué une équipe pour nous présenter les travaux prévus.

Très rapidement, il est apparu qu'à ce niveau, on n'a pas trop l'habitude de discuter avec des habitants, des gens qui fréquentent les lieux quotidiennement. Le projet était bouclé, voire programmé et quand il a fait l'unanimité contre lui, la seule réponse officielle se résumait à une sorte de déni, comme si le seul choix était de ne rien faire. L'échange a été assez houleux et je vous avoue que je suis parti avant la fin. Après tout, je n'ai pas à perdre mes soirées pour un projet microscopique dont on ne sait même pas pourquoi il a été conçu ("sécuriser", nous a-t-on dit, mais ça ne concerne pas les vélos, n'arrange pas la circulation des bagnoles et ne résoud rien pour les piétons… Quand d'autres problèmes de sécurité ont été abordés par les habitants, les personnes du CG ont donné l'impression d'ignorer tout des problématiques).

A l'arrivée, en raison de ma fuite, je ne sais pas si les habitants ont été écoutés.

Je retiens une autre chose… Plusieurs personnes ont réclamé une réflexion sur l'ensemble de la rue, avec ses priorités à droite dangereuses, ses pistes cyclables (nan, j'déconne)… La réponse apportée a été un "on peut agir ses des points précis, mais sur l'ensemble, c'est une réflexion à dix ans, ça ne se fait pas comme ça". Bizarrement, j'ai pensé que depuis le temps que la question est soulevée, la réflexion sur dix ans aurait due être finie depuis longtemps ! Ah non, je suis bête, j'oubliais qu'il faudrait pour cela qu'on s'intéresse davantage au long terme qu'au petit truc clinquant qu'on peut quantifier immédiatement. C'est le principe de l'action politique, qu'elle soit au niveau départemental, local ou national.

 

PS : La réunion d'hier a également été l'occasion de présenter les travaux de rénovation sur la place Aragon et Victor Basch. Oui, bon, d'accord, après vous avoir dit que j'étais parti avant la fin, je dois avouer que je peux détailler les travaux car je suis arrivé en retard (pas ma faute, y avait le collège, hein…). Ce que j'ai retenu de ce que j'ai vu, c'est que ça ne va rien révolutionner et que les travaux débuteront au début 2012 et finiront un an après. Il reste une question sur laquelle j'ai eu des infos contradictoires, les immeubles de Colombes Habitat Public vont-ils être rénovés (non, les filets le long des parois ne sont pas des activités d'escalade pour les enfants mis en place depuis plusieurs années).

Publié dans Vie locale

Commenter cet article

Marie-Lise 14/09/2011 16:27



Fin de la réunion le Conseil général va revoir sa copie.


Ce projet qui est il est vrai « microscopique » vaux tout de même 300 000 euros et je trouve que cela fait beaucoup. Mais je
n'ai peut être pas la notion des prix :-)