Activités au compte-goutte

Publié le par Fabrice Guillet

Dans mon quartier, si les enfants veulent pratiquer des activités extra-scolaires sans aller au centre-ville, il y a 2 possibilités : Le Centre Social et Culturel du Petit Colombes, strcture associative, et l'Espace des 4 chemins, maison de quartier gérée par la ville.

Faut le dire vite puisqu'à terme, la ville va refiler le bébé à un Centre Social agrandi, ce qui signifiera augmentation de la subvention, mais fin de la gestion, des emploi liés et tout.

Mais ce n'est pas le sujet, ce qui m'intéresse, c'est le quotidien.

Comme vous l'avez peut-etre remarqué, cette semaine, c'est la rentrée. Rentrée non seulement pour les écoles, mais aussi pour les activités. Les naifs pourraient attendre tranquillement le forum des associations, samedi prochain, pour chercher leur bonheur. D'autres pourraient attendre d'être prévenus de l'ouverture des inscriptions sur le site de la ville.

Je ne vais pas vous la jouer suspens, vous l'avez compris, c'est déjà trop tard.

Ce matin, ma femme est allée à l'Espace des 4 chemins, quelques minutes avant l'ouverture, histoire de régler rapidement l'inscription et pouvoir aller travailler tranquillement. D'autres avaient eu la même idée, elle n'a eu que le ticket n°21. Quand je suis venu pour la remplacer une heure plus tard (on appelait le n°10), on a su que les cours de piano et de guitare étaient déjà pratiquement complets. Avant même d'en arriver à ceux qui étaient là avant l'heure d'ouverture. Pas mal, non ?

Ce n'est pourtant pas étonnant, la meme situation se reproduit année après année (enfin, l'année prochaine, avec la disparition de l'Espace, ils n'auront plus le problème). La faute à des curiosités d'organisation, bien sur (ceux qui viennent peuvent représenter plusieurs familles), mais aussi et surtout à la faiblesse des activités proposées. Comme m'a dit quelqu'un ce matin, un étudiant qui voudrait donner des cours de guitare ou de piano sur le quartier se ferait des c… enfin, plein d'argent ! Il y a une vingtaine de places en tout pour un quartier de quelques milliers d'habitants.

L'accès à la culture musicale est toujours centré sur le centre ville. Le conservatoire a fermé ses passerelles dans les quartiers, on ne propose des choses qu'au compte goutte dans des quartiers périphériques. Pour caricaturer, on considère qu'il y a dans ces quartiers  les pauvres qui vont se contenter du social (on glorifie Demos, projet remarquable, mais qui ne concerne qu'une douzaine d'enfants (dont mes 2 filles) sur le quartier, en partant du principe que les pauvres n'ont pas accès au solfège ni aux instruments classiques… Sans chercher à y remédier) et les autres qui peuvent venir en centre ville. Ce qui fait que le fameux vivre ensemble, qu'on fait semblant de louer, n'existe pas.

Tiens, pendant que j'y pense… Regardez la photo de la page 25 du nouveau Mosaïque… Vous ne remarquez rien ? Sous le titre "la culture en partage"… Tous ces enfants… Oh oui, ils représentent bien Colombes, cette "ville mosaïque" ! Il y a 60% de blonds, des châtains, quelques bruns… Je trouve cette photo à la fois emblématique (depuis le temps qu'on le sait, qu'il n'y a que les privilégiés dans ces structures) et terrible (publier une telle photo dans le journal qui s'appelle Mosaïque, quand on parle de culture pour tous, c'est un énorme constat d'échec).

Publié dans Vie locale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

natgab 09/09/2011 09:53



bonjour,


il y a certes plus d'activités proposées dans le centre ville mais l'offre culturelle à Colombes pour les enfants ou les ados est bien pauvre pour une ville de plus de 80 000 habitants.


Tous les habitants du centre ville ne gagnent pas des mille et de cents et n'ont pas forcement les moyens ni le temps d'emmener leurs enfants ailleurs.


Pour ce qui est de la mixité sociale ,le 9 septembre je n'ai pas la chance d'avoir eut mosaique dans ma boite aux lettres et je ne sais donc pas si iln'y a que des blonds au conservatoire mais ce
qui est sur c'est que mon fils est le seul blond en 6 ème au college Moulin Joly.....


 



Papa Troll 07/09/2011 10:20



Oui,


tout à fait d'accord avec toi, on a eu de la chance, le grand-père de Trolette avait planté la tente et avait le n°1, donc on a eu ce qu'on voulait.


Mais c'est quand même malheureux de devoir en arriver là, et d'essayer de développer ces activités plutôt que les restreindre devrait être une nécessité.



Fabrice Guillet 07/09/2011 10:25



Je pensais bien que vous l'aviez envoyé en mission ! Et ça ne m'étonne pas qu'il ait eu le n°1 !


 


Pour les 2 activités, y a-t-il seulement quelqu'un qui a pensé qu'il y avait une forte demande et qui a essayé d'y répondre ? Je ne crois pas. Tout comme je suis convaincu qu'en dépit du bruit
que ces ratés ont fait, rien ne sera prévu pour l'an prochain (surtout avec les travaux, la bibliothèque réduite qui va occuper la salle…). Mais, bon, je suis sûr qu'on va nous dire que c'est
provisoire et qu'après (un jour), ce sera parfait.



Raskal 07/09/2011 10:00



Tu oublies que le blond peut se décliner en une belle palette et un joli camaïeu : blond-roux, blond-or, blond-blé, chatain-clair, blond-jaune...Enfin, une belle mosaïque quoi!


Plus sérieusement, tu as raison (pour une fois!) sur l'ensemble. Le petit Colombes, quartier de 12000 habitants ne dispose pas des infrastructures et d'une offre à la hauteur des besoins en
activités. Bien sûr, on va nous parler de mobilité et de la ville dans son ensemble. Qu'est-ce qui empêche une famille du petit Colombes d'inscrire son gamin au conservatoire ou à la MJC en
centre ville ou encore, au CSC des Fossés Jean qui propose aussi des activités pour les enfants? Il me semble que la réponse est inclue dans la question. Quand on a une activité professionnelle,
on recherche avant tout la proximité, pour de banales questions d'organisation familiales. Point barre. L'argument qui consiste à dire qu'à Colombes, à condition de bien vouloir se déplacer, il y
a une possibilité de faire pratiquer un loisir à son enfant ignorent ou font semblant d'ignorer cette réalité simple que tout parent a connu un jour. Et cela même sans aborder la question du coût
des activités. Là je ne vise personne mais vous n'avez qu'à faire une petite enquête sur les différentes propositions faites ici et là et vous verrez que les écarts de tarifs sont
parfois...surprenants. Pour conclure, donc, peut mieux faire! Et le petit Colombes peut attendre. Les choses évolueront-elles avec la construction du nouveau CSC? Pas certain, car cela
nécessitera, d'une part le transfert des activités de l'espace des 4 chemins mais aussi, obligatoirement, une très forte revalorisation de la subvention accordée. Y aura t-il dans ces conditions
une offre au moins égale à ce qui se fait aujourd'hui sur le quartier?L'avenir le dira. Et pour ce qui est des cours de piano, tu aurais pu te lever plus tôt!


 



Fabrice Guillet 07/09/2011 10:31



Ne m'embarque pas sur les questions des frais d'inscription j'avais fait exprès de les éviter, tout simplement parce que je ne connais pas ce que représente le coût d'une inscription au
conservatoire (au hasard). Et puis, sinon, on doit aussi prendre le prix du ticket de bus (ou l'essence de la bagnole plus la place de stationnement désormais payante) pour aller au centre ville.


Comme souvent, si je râle, c'est pas uniquement pour dire que quelque chose ne va pas, mais plutôt pour attirer l'attention et faire en sorte que quelqu'un se dise qu'il va falloir l'améliorer.


Et pour en revenir à mon petit cas personnel, pour le piano, c'est pas vraiment un problème, tant que je peux harceler la prof pour avoir des cours sous son lit (eh oui, je suis comme ça).