"Notre" secrétaire d'état

Publié le par Fabrice Guillet

Vous l'avez peut-être lu ou entendu, Rama Yade, nouvelle secrétaire d'état à… je ne sais plus quoi… a grandi aux Fossés Jean.
Mais cela, honnêtement, je m'en moque un peu (comme vous vous moquez certainement de là où j'ai grandi !). Ce que je vois, c'est ce qui ressort de l'article du Parisien. Après avoir signalé que Leïla Leghmara venait du même quartier, une personne interrogée dit ceci : « C'est un vivier  ici, appuie la locataire. Alors on pourrait en profiter pour demander
 que notre cité ne soit pas un quartier de seconde zone... ».
Et voilà ! En fait de pub pour Colombes, on retient le mécontentement des habitants du quartier trop peu considérés… Mais bon… est-ce vraiment une surprise ?

Publié dans colomblog

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
O
Je suis ravi de constater que l'on peut avoir quelques points d'accord... En revanche, dire que la mixité sociale n'existe pratiquement plus dans ce quartier est tout-à-fait excessif. Il y a plusieurs tours dans ce quartier qui sont des copropriétés habitées à 70% par les copropriétaires. Je pense aux 118 et 124 avenue de Stalingrad, ainsi qu'aux 53, 69 et 77 rue Jules Michelet et au 21 avenue d'Orgemont. Les prix de vente (c'est-à-dire prix effectivement payés) de ces appartements ont plus que doublé depuis 2001. Il y a des gens qui achètent des appartements aux Fossés-Jean à plus de 3000 € le mètre-carré. Les gens qui achètent (et y vivent) sont généralement des cadres. Il est vrai que le quartier s'est embelli, que les conditions de sécurité se sont largement amélioré, que les parkings souterrains ont en grande partie été refaits à neuf, que le CSC des Fossés-Jean fait un travail considérable et enfin qu'un grand projet est en cours sous l'égide de l'ANRU (Agence Nationale de Rénovation Urbaine). Bien sûr, comme partout, il y a des gens dont la condition s'est détérioré. Je ne crois vraiment pas que les Fossés-Jean soit justement un bon exemple pour illustrer un phénomène de paupérisation.
Répondre
R
Une fois n'est pas coutume, je suis d'accord avec M.Camps Vaquer. J'ai vécu aux fossés Jean 29 ans ( ouah, rien que d'y penser ça me donne des frissons dans le dos!) et bien que ça ne me donne pas la légitimité pour dire si c'est un quartier de seconde zone où pas, je peux témoigner du fait qu'il ne présente pas les mêmes caractéristiques que d'autres quartiers beaucoup plus mal lotis que celui-ci. Par contre, ce qui est vrai c'est qu'en quelques années, les conditions de vie des personnes qui y vivent se sont dégradées, du fait du manque d'emploi, des difficultés économiques et sociales et que la mixité sociale n'existe quasiment plus. 
Répondre
O
Bien sûr, on pourra toujours trouver des mécontents partout même si je suis bien conscient que l'écoute et la concertation pourraient largement être améliorées. Ceci étant dit, il me semble que la personne interrogée par le Parisien ne sait pas très bien ce qu'est réellement un "quartier de seconde zone". J'en connais plusieurs en Région Parisienne et cela n'a vraiment rien à voir avec les Fossés-Jean !
Répondre
A
Trackback manuel !http://www.chiboum.net/index.php?2007/06/21/801-les-fosses-jean-sont-dans-la-place
Répondre
R
Un vivier, pourquoi pas, mais un vivier de quoi?
Répondre